Tribune

Samuel Pruvot

12 février 2022

Dans la tradition judéo-chrétienne, le salut fait écho à une expérience vitale, un sauvetage opéré par Dieu lui-même. Il en va ainsi de la traversée miraculeuse de la mer Rouge. Souvenez-vous, les Israélites sont pris en sandwich entre les engins de mort des Égyptiens et une mer infranchissable. Ils traversent finalement à pied sec alors que les soldats de Pharaon s’abîment dans les flots amers.

Happy end, se moqueront certains. Ingénieuse figure littéraire pour magnifier les origines obscures du peuple hébreu, diront d’autres. Mais croyons-nous que les Israélites ont échappé à un péril mortel ? La profondeur de la mer Rouge ne fait pas ici le miracle. On peut très bien se noyer dans un verre d’eau. Le miracle est en lien direct avec le cri de détresse lancé vers le Ciel par les Israélites. C’est à se demander si le peuple élu n’a pas inventé le premier SOS !

Mais quel est donc le rapport avec les problèmes des Français en 2022, me direz-vous ? N’est-il pas loin derrière nous, le temps des miracles, de Moïse et de Pharaon ?! Non, car notre Dieu continue d’agir. Un Sauveur nous est né et son nom ne laisse aucun doute sur sa mission. « Jeshua », cela signifie littéralement « Dieu sauve ». Avant de proclamer le salut en Jésus-Christ, les missionnaires en font d’abord l’expérience eux-mêmes. Ils sont sauvés par Lui de la mort et du péché – ce qui n’est pas rien ! Leur joie et leur audace sont à la mesure de ce remède précieux qu’ils portent dans des vases d’argile.
Mais soyons honnêtes, nous n’avons pas toujours très envie d’annoncer le salut autour de nous. On peut se demander pourquoi. Peut-être parce que nous sommes, dans l’Église catholique, très préoccupés par nos problèmes internes. Inquiets à cause de notre déclin numérique, soucieux de l’avenir de notre immense patrimoine religieux, hantés par les victimes de la pédophilie, divisés par une sempiternelle guerre liturgique, etc. Cette liste à la Prévert ne justifie pourtant pas notre tiédeur.

J’ai rencontré il y a quelques semaines Antonio Sena, un pilote brésilien rescapé d’un crash au milieu de la forêt amazonienne (Rester vivant, XO). Il est, depuis, chaud bouillant pour annoncer le salut. Il faut préciser que ce dernier a retrouvé le Dieu de son enfance au milieu de cet enfer végétal. Son enthousiasme missionnaire tire son origine de la certitude d’avoir échappé à une issue fatale. Il conserve comme une relique l’unique T-shirt noir flanqué d’une image du Sacré Cœur qu’il portait durant son périple solitaire.

Annoncer le salut est pour lui une affaire d’urgentistes. Cela ne peut attendre. Mais est-ce raisonnable quand nous risquons de couler nous- mêmes ? Depuis la tempête apaisée du lac de Tibériade, l’Église est secouée par de sérieuses rafales. Nous avons aussi nos grains et nos coups de vent. N’est-il pas temps d’envoyer à Dieu un nouveau SOS ? En morse, verlan ou latin. Parce que le missionnaire n’est pas d’abord un gars bien qui assure, l’ambassadeur d’une société parfaite. C’est un rescapé, ivre de reconnaissance, qui veut faire monter d’autres naufragés dans sa barque. Avec Jésus dedans.

Pour recevoir à partir du numéro 2, la revue dans votre boîte aux lettres, abonnez-vous pour 1 an donc 4 numéros avant le 4 février 2022.

Recherche

Articles les plus lus

NOTRE MISSION

Mission s’inscrit dans la dynamique de l’événement Congrès Mission pour apporter toute l’année une nourriture solide aux missionnaires qui vont au-devant des Français. Grands entretiens, études sociologiques, reportages, articles bibliques et patristiques, fiches pratiques, débats, interviews de philosophes ou de people : tous les genres journalistiques sont convoqués pour être à la mesure des défis colossaux de la sécularisation.

Mission est aussi une promesse, celle de tisser un grand réseau missionnaire en France et d’installer l’évangélisation dans le quotidien des communautés chrétiennes. La promesse de montrer la beauté de la mission et sa diversité créative.

Articles pouvant vous intéresser
Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

SE CONNECTER

JE NE SUIS PAS ABONNÉ ?

Abonnez-vous à la revue Mission et accédez à tous les contenus et services du site en illimité !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies dans les conditions prévues par notre politique de confidentialité.