Tribune

Michel Gitton

1 janvier 2022

Il y a eu un chrétien (je crois que c’est Olivier Clément) pour dire que les femmes d’aujourd’hui n’ont souvent le choix qu’entre le voile et l’impudeur : femmes voilées en Orient, femmes dévoilées en Occident, livrées dans les deux cas sans défense au désir du mâle.

 

Il me vient à l’esprit qu’avec Dieu, c’est un peu la même chose, sauf que les fronts sont inversés : Dieu occulté en Occident, Dieu exhibé en Orient. C’est quand même un fait que le monde musulman met facilement Dieu à toutes les sauces, qu’il en fait la caution de tous les combats, même les plus sordides, et qu’il l’invoque au besoin pour couvrir la violence et les calculs politiques. Tandis que, chez nous, c’est plutôt l’inverse. Il devient indécent de parler de Dieu, ça ne se fait pas à la radio, ni à la télévision, ça fait drôle d’en parler comme ça devant tout le monde. Dieu pour l’intimité, si vous voulez, mais cachez-moi cette dévotion que je saurais voir… Pas devant les enfants, chéri…

 

Un jour, avec un groupe d’amis, nous avons chanté le bénédicité avant le repas dans une auberge de jeunesse. Scandale du responsable, qui vient nous expliquer que cela ne se fait pas. Lui d’ailleurs est chrétien, mais il doit se tenir à une stricte laïcité. Je lui ai demandé s’il tolérerait une chanson à boire.

  • Ah oui, pas de problème ! Pourquoi ? 
  • Mais s’il y a des abstinents volontaires, vous ne craignez pas de les choquer ?

Je crois qu’il n’a pas compris…

 

La question est de savoir quand se fera le retour du refoulé. Car ce n’est pas vrai que Dieu ne travaillerait plus le cœur et la conscience des hommes. C’est même l’inverse: à force de n’en pas parler, il y a un malaise. Les jeunes ont plein de questions sur lui, plein de craintes, de préjugés aussi. Quand il y a quelqu’un d’à peu près sérieux pour leur en parler, c’est la joie, ce sont des explications pendant des heures.

 

L’exhibition n’est d’ailleurs pas mieux que  refoulement. Et peut-être que l’un prépare l’autre. C’est quand on a fait de Dieu un drapeau, un fétiche, une idéologie, qu’on en arrive, à bout de souffle, à ne plus pouvoir tolérer cette référence vide, ce monstre sans visage et qu’on finit par ne plus vouloir en entendre parler. C’est assez sensible chez certains rescapés de l’Iran des Ayatollahs. Alors peut-être que va sonner l’heure de l’évangile, où on pourra enfin parler de Dieu avec respect et humilité, dire l’insondable profondeur de l’amour du Père pour le Fils, et le surgissement abyssal du Saint Esprit qui est Seigneur et qui donne la vie.

 

Père Michel Gitton

Recherche

Articles les plus lus

NOTRE MISSION

Mission s’inscrit dans la dynamique de l’événement Congrès Mission pour apporter toute l’année une nourriture solide aux missionnaires qui vont au-devant des Français. Grands entretiens, études sociologiques, reportages, articles bibliques et patristiques, fiches pratiques, débats, interviews de philosophes ou de people : tous les genres journalistiques sont convoqués pour être à la mesure des défis colossaux de la sécularisation.

Mission est aussi une promesse, celle de tisser un grand réseau missionnaire en France et d’installer l’évangélisation dans le quotidien des communautés chrétiennes. La promesse de montrer la beauté de la mission et sa diversité créative.

Articles pouvant vous intéresser
Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

SE CONNECTER

JE NE SUIS PAS ABONNE ?

Abonnez-vous à la revue Mission et accédez à tous les contenus et services du site en illimité !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies dans les conditions prévues par notre politique de confidentialité.