Société

Héloise Uberti

1 janvier 2022

En novembre 2020, une enquête de l’UFC Que Choisir ? dénonçait les manipulations commerciales autour du Black Friday, en révélant notamment les faux rabais qui fleurissent sur les sites marchands. Cette journée spéciale « promotions en tout genre », qui survient désormais chaque année à quelques jours de l’Avent, profite de la frénésie d’achat précédant Noël pour nous pousser dans les centres commerciaux, nous détournant définitivement de l’esprit de la Crèche. De quoi finir de mettre au placard l’anniversaire du Pauvre parmi les pauvres.

 

Ce vendredi 26 novembre, les clients s’amassent devant les magasins et se jettent comme des forcenés sur les appareils électroniques de dernière mode. Tout le monde parle de cette journée exceptionnelle : affiches dans les rues, annonces, spams par mail ou SMS, dans les médias etc. Personne n’y échappe, le dispositif marketing est à la pointe. Tout droit venu des Etats-Unis, ce « vendredi noir » est l’occasion pour les Français de profiter de prétendues bonnes affaires pour acheter leurs cadeaux de Noël. Une aubaine ?

 

Des voix se font entendre pour dénoncer ce qui se rapproche davantage d’une « vaste arnaque » que d’une bonne affaire. Dans son étude[1], l’UFC Que Choisir ? révèle que les consommateurs, qui s’attendent à de juteuses promotions (« jusqu’à -50 % sur une sélection d’articles ! »), ne bénéficient en réalité que de 2 % de réduction en moyenne. « Les prix de référence sont artificiellement gonflés pendant les semaines précédant le Black Friday. »

Faux rabais, publicité massive et mensongère, caricature d’une société de consommation vouée au dieu Capitalisme. Et dire que Noël est le prétexte de tout cela ! Qu’avons-nous fait du sens véritable de la Nativité ?

 

Moins d’avoir, plus d’être

Le Fils de Dieu est né dans la plus pauvre des conditions, dans le plus misérable des berceaux : une mangeoire au cœur d’une étable. En s’abaissant de la sorte, Dieu ne voulait pas seulement que nous admirions la profondeur de son humilité et la puissance de son Amour : il nous invite dans la Crèche ! Il nous amène à l’imiter, à vivre comme lui une vie simple, sobre et joyeuse.

L’Église, dans sa doctrine sociale, nous dit : « Le phénomène de la société de consommation maintient une orientation persistante vers l’avoir plutôt que vers l’être. Il empêche de distinguer correctement les formes nouvelles et les plus élevées de satisfaction des besoins humains et les besoins nouveaux induits qui empêchent la personnalité de parvenir à sa maturité. Pour lutter contre ce phénomène, il est nécessaire de s’employer à construire un style de vie dans lequel les éléments qui déterminent les choix de consommation, d’épargne et d’investissement soient la recherche du vrai, du beau et du bon, ainsi que la communion avec les autres hommes pour une croissance commune.  »

 

Le jour du Black Friday, sommes-nous invités à rechercher le vrai, le beau et le bon ? Où est le vrai au milieu de publicités souvent mensongères ? Et qu’y a-t-il de beau et de bon dans ce phénomène qui nous pousse à acheter des objets de plus en plus complexes et polluants pour répondre à des désirs que nous ne contrôlons même plus ?

 

Une croissance par la sobriété

« La spiritualité chrétienne propose une croissance par la sobriété, et une capacité de jouir avec peu. C’est un retour à la simplicité qui nous permet de nous arrêter pour apprécier ce qui est petit, pour remercier des possibilités que la vie offre, sans nous attacher à ce que nous avons, ni nous attrister de ce que nous ne possédons pas. Cela suppose d’éviter la dynamique de la domination et de la simple accumulation de plaisirs. » (Laudato Si – n° 222)

 

À contre-courant de ce phénomène, l’Église catholique nous invite encore, comme elle l’a toujours fait, à placer la sobriété au cœur de notre préparation à Noël (comme pour Pâques avec le Carême). À maîtriser nos désirs pour mieux vivre du partage, à nous décentrer de nous-même pour nous tourner vers l’autre et nous préparer à accueillir l’Enfant-Jésus dans toute sa pauvreté. À choisir une vie simple, libérée de la folie aliénante d’une consommation aveugle. L’extrême inverse du Black Friday finalement !

 

Certaines initiatives voient le jour, comme ce Giving Tuesday, créé en réponse au Black Friday. C’est une journée « qui encourage les gens à faire le bien », « consacrée au don et à la réalisation d’une bonne action », en donnant du temps, de l’argent, du talent, auprès de sa propre communauté, dans son quartier, avec ses proches.

 

Black Friday, Cyber Monday. À quand le Shiny Sunday ? De plus en plus de personnes, qui ne connaissent pourtant pas toujours le Christ, prennent déjà de la distance avec cette hystérie collective et adoptent des styles de vie plus simples. Une invitation à y réfléchir ensemble ? À nous, chrétiens, de prendre les devants, de nous réapproprier l’esprit de pauvreté évangélique, et de l’annoncer à nos contemporains ! 

Recherche

Articles les plus lus

NOTRE MISSION

Mission s’inscrit dans la dynamique de l’événement Congrès Mission pour apporter toute l’année une nourriture solide aux missionnaires qui vont au-devant des Français. Grands entretiens, études sociologiques, reportages, articles bibliques et patristiques, fiches pratiques, débats, interviews de philosophes ou de people : tous les genres journalistiques sont convoqués pour être à la mesure des défis colossaux de la sécularisation.

Mission est aussi une promesse, celle de tisser un grand réseau missionnaire en France et d’installer l’évangélisation dans le quotidien des communautés chrétiennes. La promesse de montrer la beauté de la mission et sa diversité créative.

Articles pouvant vous intéresser
Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

SE CONNECTER

JE NE SUIS PAS ABONNE ?

Abonnez-vous à la revue Mission et accédez à tous les contenus et services du site en illimité !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies dans les conditions prévues par notre politique de confidentialité.