Tribune

Samuel Pruvot

29 juin 2022

Tous les chemins mènent à Rome. J’emprunte volontiers ce bon mot à l’écrivain italien Alessandro Baricco : « On ne peut pas définir la bêtise, mais on en connaît beaucoup d’exemples. » Tout le monde sera évidemment d’accord avec lui ! Dans la joie de la Pentecôte, je vous propose de détourner cet aphorisme pour l’appliquer à la sagesse de Dieu. « On ne peut pas saisir le Paraclet, mais on le voit partout à l’œuvre. » Évidemment, cette formule est beaucoup moins drôle que la première, mais elle n’en est pas moins vraie. L’Esprit est insaisissable, comme le vent qui souffle où il veut. C’est un savon mousseux et parfu- mé qui échappe des mains maladroites des petits enfants. Impossible de le stocker ou de le mettre en boîte. L’Esprit est pourtant le mouvement fondamental de nos âmes. Et celui de toute l’Église.

Sans lui, la vie (surnaturelle) s’arrête. Certains en France désespèrent de l’Église en scrutant son effondrement numérique. L’historien Guil- laume Cuchet a raison de s’interroger dans un essai récent : Le catholicisme a-t-il encore de l’avenir en France? (Seuil). Selon lui, l’Église se trouve face à un « changement de format spectaculaire, qui n’est pas le premier de son histoire mais qui pose toute une série de problèmes nouveaux ». Autrement dit, l’immense costume d’antan a rétréci lors de son passage à la machine à laver de la sécularisation ! Faut-il se bander les yeux ? Faut-il regarder la réalité en face au risque de déprimer ?

Heureusement, Dieu, Lui, n’est pas dépressif. Il sait voir entre les lignes des évolutions sociologiques. La promesse du Christ n’a pas pris une ride : « Vous allez recevoir une force, celle de l’Esprit Saint qui descendra sur vous. Vous serez alors mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée et la Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre » (Ac 1, 8). Les équipes du Congrès Mission préparent déjà la prochaine édition parisienne avec la certitude que l’Esprit les précède sur la Seine et les Champs-Élysées, au Zénith et devant l’église Saint-Sulpice, sous la tour Eiffel et dans les stations de métro. La force que nous allons recevoir sera à la mesure de notre faiblesse. C’est donc faire preuve de réalisme que d’attendre une effusion de l’Esprit. Le rayonnement de l’Évangile ne dépendra pas de nos petites vertus ou de nos plans marketing ; il sera en relation directe avec notre capacité à le recevoir.

Une dernière parole du prophète Isaïe peut nous guider dans ce numéro consacré aux dons de l’Esprit Saint : « Ne pensez plus aux choses passées, voici que je vais faire une chose nouvelle, déjà elle pointe, ne la reconnais- sez-vous pas ? » (Is 43, 18-19). À propos de nouveautés, Guillaume Cuchet note que le paysage religieux a complètement changé avec l’apparition des « nones » – un terme américain qui désigne ceux qui se déclarent sans religion. « On a affaire à des décrochés, pas des décrocheurs, qui ont trouvé la rupture dans leur berceau, souvent parce qu’on a voulu préserver leur “liberté” en évitant soigneusement de les initier au catholicisme dans leur enfance. Pour l’Église, c’est un problème mais aussi une opportunité, qui ouvre la possibilité de parler du christianisme à nouveaux frais à toute une génération. » Comment être à la hauteur de ce défi ? Si nous attendons tout de Dieu en criant vers lui, si nous travaillons avec ardeur le dépôt vivant de la foi, Il nous entendra. Et nous accordera ce don des langues qui nous permettra d’être compris de tous : bobos, bourgeois et banlieusards.

Pour en savoir plus, abonnez vous !

Recherche

Articles les plus lus

NOTRE MISSION

Mission s’inscrit dans la dynamique de l’événement Congrès Mission pour apporter toute l’année une nourriture solide aux missionnaires qui vont au-devant des Français. Grands entretiens, études sociologiques, reportages, articles bibliques et patristiques, fiches pratiques, débats, interviews de philosophes ou de people : tous les genres journalistiques sont convoqués pour être à la mesure des défis colossaux de la sécularisation.

Mission est aussi une promesse, celle de tisser un grand réseau missionnaire en France et d’installer l’évangélisation dans le quotidien des communautés chrétiennes. La promesse de montrer la beauté de la mission et sa diversité créative.

Articles pouvant vous intéresser
Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

SE CONNECTER

JE NE SUIS PAS ABONNÉ ?

Abonnez-vous à la revue Mission et accédez à tous les contenus et services du site en illimité !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies dans les conditions prévues par notre politique de confidentialité.